Paroles d'éduc
Ce forum est destiné à tous les travailleurs sociaux en formation ou en fonction afin d'échanger, de se soutenir et de réfléchir ensemble sur l'avenir de nos métiers en ces temps difficiles!
Vous êtes tous les bienvenus pour partager vos expériences, poser vos questions et rencontrer des passionnés.

Après votre inscription, merci de vous présenter dans la rubrique adéquate!

Bienvenue!


Paroles d'éduc

Forum d'échanges entre éducateurs spécialisés professionels et futurs professionnels, sur les questions d'actualité, le métier, les mobilisations, la formation
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 psychologie de la famille: Fraterie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kalika
Admin
Admin
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 25/08/2009
Age : 31
Localisation : Brest 29470

MessageSujet: psychologie de la famille: Fraterie   Ven 18 Sep - 18:45

La psychologie de la Fraterie

La fraterie implique une succesion de naissance au cour du temps.
La particulatiré de chaques frateries est qu'elles se distinguent par le nombre des naissances et les écarts d'âge.

Le 1er sentiment de l'enfant à l'arrivée d'un puiné est la jalousie

L'arrivée du nouveau-né est considéré avant tout comme une intrusion, un rival qui vient rompre l'intimité entre l'ainé et ses parents.

Ce confronté au "frère" c'est risqué sa place

c'est une concurence qui vient disputé objet, espace, et surtout l'attention de la famille!

Ce sentiment négatif, fondé sur la conviction d'une privation tiens un rôle majeur dans le processus de socialisation:

Il va donner naissance à l'identification

En effet le "frère" n'est pas simplement un rival, c'est aussi un double, un semblable



l'identification est une forme d'amour: s'identifier a l'autre suppose être comme lui
elle participe à la construction de la personnalité.


Souvent l'ainé est souvent considéré comme le modèle. Il va s'en sentir valorisé, à condition que ses identification ne nuise pas a la construction de sa propre personnalité

L'ainé peut se sentir valorisé dans un rôle de protection des plus petits.
Ces parents lui confient alors une responsabilité importante: Mieux vaut éviter que se rôle soit systématiquement imposé à l'ainé.

progressivement grâce a l'identification, l'agressivité se transforme en sentiment de tendresse, la conccurence devient coopération et partage.


La jalousie peut aussi être un moteur qui pousse les enfants à grandir, apprendre, évoluer.Les plus jeunes veulent faire comme les plus grand, et les ainés vont se dépecher de grandir pour ne pas être dépasser par les petits.

Si les frères et soeur se ressemble trop, ils éprouvent le besoin de se différencier. Avoir un frère est une épreuve narcissique et identitaire!
Les aptitudes parentales vont fortement influé sur les relations fraternelles: la comparaison va acroitre l'identification et la jalousie

de plus, même si il difficilement avouable, les parents éprouvent souvent une préférence pour un enfants. cela peut être parce qu'il partage plus de point communs, ou que l'enfant présente une ressemblance particulière avec un membre de la famille
(théorie psychanalitique!!)

En fonction de la manière dont sont exprimé les différence, les attitudes des parents peuvent renforcer ou pas les sentiments de jalousie et la compétition entre les enfants.

dans une fraterie les enfants ne sont pas réellement sur un pied d'égalité: leur position implique un classement hierarchique.


Cependant il existe toujours une partie de la fraternité qui échappe au parents qui peut alors devenir un lieu de contestation de l'autorité parentale.
la fraterie s'installe alors en contre-pouvoir! cette opposition est naturelle et plutot saine.
elle permet d'affirmer les différence entre génération.
en cas de défaillance parentales , elle peut jouer un rôle primordiales: on parle alors d'alliance fraternelle.le soutien mutuelle apporté par la fraterie est primordial pour le psychisme.
Il arrive alors que de très jeunes enfants prennent en charge la gestion du foyer. on parle de parentalisation des enfants

La place que l'on occupe dans une fraterie influence indubitablement la constitution de nos traits de caractère.Une étude montre que les cadets ont tendance à être plus excentrique et les ainés plus conformistes.

Nos relations fraternels vont également influencer nos rapport sociaux tout au long de notre vie d'adulte=>relation de couple, amis, collègue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paroleseduc.forumactif.com
 
psychologie de la famille: Fraterie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche de Psychologie auprès des CONJOINTS de SEPiens
» [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents
» Bernard de Montréal et sa "psychologie évolutionnaire"
» Grains de café ? (famille des trivias)
» Famille des Arionidae la rouge et la noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paroles d'éduc :: la formation :: Fiches de travail :: Psycho-
Sauter vers: